Ecrits

Parfois lâcher quelques mots apaise. Cette page recueille les poèmes, les pensées, les quelques lignes qui décrivent votre état d'âme... Nous publions vos écrits.

 

31 Octobre

Lundi 15 h - Rentré seul pour la première fois dans l'appartement. Comment est-ce que je vais vivre là seul. Et simultanémentévidence qu'il n'y a aucun lieu de rechange.

 

Parfois très brièvement, un moment blanc - comme d'insensibilité - qui n'est pas moment d'oubli. Cela m'effraye.

 

5 Novembre

Ouate de dimanche matin. Seul. Premier dimanche matin sans elle. Je sens le cycle des jours de la semaine. J'affronte la longue série des temps sans elle.

 

Roland Barthes, Journal de deuil, éditions Seuil/Imec

 

______________

 

Si tu pars

 

Si tu pars la première et que je reste ici

Suis-je sûr de n'avoir pas le moindre souci ?

Vais-je bien discerner qu'alors si tu n'es plus

C'est que tu es là-haut près du Seigneur Jésus

Que si je suis en pleurs toi tu ne pleures plus ?

Et, sachant rendre au ciel ce qu'il m'avait prêté,

Plutôt qu'un vain « pourquoi » que je dise un merci

De t'avoir eue longtemps sans t'avoir méritée

Et de te savoir là où les maux sont guéris.

Qu'espérant te revoir il soit plus doux d'attendre

Le jour où, à mon tour, Jésus viendra me prendre.

 

Samuel Girardot

______________

 

Laisser entrer le ciel

Qu'il heurte de son bleu

Nos yeux brunis de feu

Et privés de lumière

 

Josette Hersent

(son site ici)

______________

 

Mourir n'est pas finir

Un être humain qui s’éteint,
ce n’est pas un mortel qui finit,
c’est un immortel qui commence.
La tombe est un berceau.
Mourir au monde,
c'est naître à l'éternité.
Et le dernier soir de notre vie temporelle
est le premier matin de notre éternité.

La mort, ce n’est pas une chute dans le noir,
c’est une montée dans la lumière.
Quand on a la vie, ce ne peut être que pour toujours.
La mort ne peut pas tuer ce qui ne meurt pas.
Or notre âme est immortelle.
Il n’y a qu’une chose qui peut justifier la mort…
C’est l’immortalité. "

Doris LUSSIER

 

______________

 

Voyage en 2015

 

J’ai voyagé en 2015...

j’ai découvert différents paysages,
j’ai connu différentes saisons, différents temps…

 

Des vagues de colère face à la méchanceté dans ce monde

Des pluies de tristesse devant la tragédie des migrants

Des chemins insidieux d'inquiétude pour ceux que j'aime, de crainte pour l'avenir

Des vents de douleurs physiques

Des averses de déception face à des attentes inassouvies

Des lacs de chagrin et de deuils à faire

Des  vallées de questions sans réponses,  d'incompréhension,  et de remises en question personnelle

Des terres arides de solitude intérieure

 

J’ai marché, j'ai lutté contre le vent,

J'ai parfois , souvent, eu envie de m'arrêter au bord du chemin

bien des fois je me suis dit que la vie était dure…

 

D’autres expériences  me font dire que la vie reste belle ...

 

Des éclaircies d émerveillement devant la vie qui jaillit

Des cascades de rire d'enfants,  de regards envahissant de tendresse

Des prairies verdoyantes de relations douces et vraies

Des jardins fleuris d'attentions et d'accueil,  réchauffant mon cœur

Des arcs en ciel de gestes affectueux et des paroles bienveillantes

Des plages d'encouragement et de reconnaissance

Des collines de plaisir de créativité

Des clairières de moments de partages enthousiasmants

Des sentiers de  lectures,  des films, qui m'ont touchée et interpellée dans ma vision du monde

Des ruisseaux de  textes qui ont nourri ma foi

Des lieux calmes de rafraîchissement et de paix avec Dieu

 

J’ai connu des moments de doute dans ma foi

mais j’ai vu aussi les traces de Dieu dans ma vie

Sa présence constante et bienveillante …

Son amour et sa tendresse.

Il est toujours ma lumière,

ma vie et mon espérance.

A lui revient toute ma reconnaissance!

 

Evelyne

______________

 

Hasard du calendrier aujourd'hui samedi 5 Novembre 2016 il y a parmi nos amis un mariage et un enterrement. Il y a de la joie et du désespoir, du bonheur et une tristesse intenses. Et nous sommes tiraillés dans nos sentiments. Nous nous associons aux 2 événements pour être à la bonne place pour féliciter, pour entourer, pour serrer dans ses bras.
C'est une journée spéciale mais qui ressemble à tant d'autres sur cette terre. La vie, la mort, les réjouissances et la séparation. Grâces soient rendues à Dieu car l'espérance qu'il donne nous dit que la mort terrestre n'est qu'un passage et qu'il réserve une place à ceux qui l'aiment. Jésus a vaincu la mort. Son amour ne dépend pas des circonstances, ni des temps.

 

______________

 

Tu me dis…

Tu me dis : « Je ne sais pas quoi faire pour t’aider. »
Il me suffit, Ami (e) que tu sois là.

Tu me dis : « Je ne t’ai pas appelée hier, j’avais peur de te faire de la peine. »
Mais tu sais, Ami(e), la peine est là de toutes façons et chaque date-anniversaire me plonge dans un tel désarroi que le moindre signe d’amitié vient bercer mon chagrin.

Tu me dis : « Tu devrais te secouer, sortir, voir des gens. »
Ne choisis pas pour moi, Ami(e). Ce temps-là viendra, mais laisse-moi le temps de traverser ma souffrance.

Tu me dis : « Tu es jeune, tu devrais penser à refaire ta vie. »
Mais s’il m’arrive de le souhaiter aux autres, Ami(e), je ne peux tout simplement pas encore le faire pour moi-même.

Tu me dis aussi : « Tu devrais trouver un père à tes enfants. »
Ami(e), mes enfants ont déjà un père…

Tu me dis : « Je ne sais pas comment tu fais, moi je ne pourrais pas. »
Moi non plus, Ami(e), je n’aurais jamais imaginé pouvoir le vivre.

Tu me dis : « Tu n’écoutes plus de musique, tu ne regardes plus la télévision. »
Et si c’était seulement, Ami(e), parce que je veux déjà apprendre à apprivoiser le silence et la solitude ?

Tu me dis : « Appelle quand ça ne va pas. »
Mais ça, Ami(e), si tu savais comme il m’est difficile de te dire que je ne vais pas bien et que je n’en peux plus…

Tu me dis : « Te voici veuve. »
Et si je te disais, Ami(e), que pour l’instant, je veux rester son épouse ?

Tu me dis : « J’ai peur de parler de lui, peur de te faire mal. »
Mais si tu savais, Ami(e), combien oser parler de lui me le rend vivant.

Tu me dis : « Je n’ai pas envie de te faire pleurer. »
Je te dirais alors, Ami(e), que les larmes sont libératrices et qu’elles me font du bien.

Tu me dis : « Tu es forte. »
Mais que sais-tu, Ami(e), de mes nuits où je mords les draps pour ne pas réveiller mes enfants ?

Tu me dis : « Tu te complais dans ton deuil. »
Mais que connais-tu, Ami(e) de la violence de cet ouragan ? Personne ne nous apprend jamais la perte et personne n’a le mode d’emploi…

Mais tu es là, Ami(e) …
Il me suffit que tu me fasses un signe, que tu me réchauffes de ta tendresse, que tu accueilles mes silences et mes larmes, que tu m’accompagnes de ta présence silencieuse, que tu me dises de doux mots qui m’apaisent, que tu partages mon fardeau en m’écoutant, que tu ne te lasses pas d’entendre les mêmes choses, que tu m’adresses un tout petit signe lors des dates douloureuses .
Il me suffit que tu fasses pour moi des choses très simples, presque banales : m’inviter à ta table et accepter que la soirée ne soit pas très joyeuse, me donner ton regard en réponse au mien, me presser l’épaule, m’accompagner de ta douceur, et parfois tout lâcher quand je t’appelle au secours.
Il me suffit que tu me portes dans ta prière afin que Dieu vienne remplir ma souffrance de sa présence.
Je ne demande pas de me comprendre. Il me suffit que tu m'accueilles comme je suis, que tu me laisses « seul juge de ce qui m’aide à vivre. »

Il me suffit que tu m’acceptes. Il me suffit que tu m’aimes…

Marie-Pierre Maillou
(Un extrait du blog 
http://cri-d-ame-cri-d-amour.over-blog.com/)

 

 

______________

 

"Aujourd'hui, jour de notre anniversaire de mariage... tu me manques. Les souvenirs m'assaillent, rien à faire... ce jour sera désormais pour moi une journée "cadeau" car jamais tu ne loupais une occasion de me faire une surprise comme tu disais. Même si j'ai terriblement mal à cet instant, j'ai aussi la joie dans le coeur d'avoir eu la chance d'être aimée de toi."

Noliwe

______________

 

C'est une terre dévastée, un arrachement du coeur, une défaite de la pensée, elle ne peut plus suivre. Il y a des mots qu'il faudrait créer sur-mesure pour dire l'effroyable blessure de son départ; je sais que je la reverrai mais en attendant il faut tenir. Heureusement qu'il y a cette force qui vient d'en-haut sinon plutôt crever, maintenant."

Etienne

______________

 

"Quand la vie nous joue des tours 
Que Dieu nous aide par son amour
A défier ses détours et contours.
Quand sur nous s'acharne le malin
Que Dieu nous tende sa main
Pour anéantir notre chagrin.
Quand trop lourds sont nos fardeaux,
Seigneur, puissions-nous les déposer 
En toute humilité , à tes pieds 
Car,toi, tu sais les porter
Car, toi, tu peux les porter 
Et ainsi soulager notre dos
Et ainsi supprimer nos maux.
Mon Dieu, garde moi en confiance 
Dans ce monde rempli de défiance.
Mon Dieu garde moi dans ton amour,
Pour que soit moins lourd
Mon deuil de ces jours.
Mon Dieu, quand cesseront mes tourments ?
Et quand retrouverais-je ma joie d'enfant ?
Mon Dieu, en Toi , j'ai mis ma confiance
En toi est mon espérance
De me retrouver à vos côtés
D'être en Paix pour l'Éternité."

Maïté

______________

 

Pardon pour n'avoir pu du royaume d'Hadès te ramener
Pardon pour tous ces instants partagés que l'on ne peut prolonger
Pardon pour tous ces petits bonheurs que je ne peux plus t'offrir
Pardon d'être encore vivante, de rendre tristes mes sourires
Pardon pour toutes les fois où je t'ai sans doute déçu
Pardon pour toutes ces mêmes fois où tu m'as émue
Pardon pour les regrets, pour nos vies fichues.

Merci pour ton humour, tes facéties qui me faisaient rire,
Merci pour ta présence, ta voix, ton regard, tes sourires,
Merci pour ta musique, pour la chanson que tu m'as composée
Merci pour les partages, les attentions, les émotions si vraies
Merci pour m'avoir tenu la main, m'avoir accompagnée,
Merci pour toutes ces années où l'on s'aimait
Merci d'être encore là , avec l'aide du Bon Dieu, pour me guider...

Pardon pour ne pas être à la hauteur de mon chagrin,
Merci pour tout ce que tu m'as offert au creux de tes mains.....

Maïté

______________

 

Un jour de plus sans toi, le bienheureux qui est auprès du Bon Dieu.

Ici, la terre aride donne envie de partir loin, et pourquoi pas, oui, de larguer les amarres.

Partir loin, mais pour où, pour quoi, pour quand, et comment? 
Y a-t-il un endroit qui m'acceptera , des gens qui m'accueilleront telle que je suis ? 
Ne faudra -t-il pas encore sourire, et même rire pour ne pas pleurer?
Ne faudra t-il pas parler pour prouver que l'on est encore vivant?

Je rêve d'une terre chaleureuse qui me fera oublier ma souffrance, mon mal-être, le fait que je suis là et que toi tu n'es plus.

Je t'ai lassé partir vers le Père car lorsque l'on aime vraiment, il faut parfois se résoudre à laisser partir notre amour qui est et restera éternel , plus fort que la maladie, plus fort que la mort puisque tu es au ciel auprès du Père, du Fils et du Saint Esprit. 

Heureux sois-tu , toi qui ne souffre plus.

M.T.P

______________


Conjugaison minimaliste

 

Je t'aime
à petits souffles
tu me manques
à bras le corps
il se fait tard
à trop attendre
nous nous endormons
à distance
vous ne ne saisissez pas
à bâton rompu
ils s'époumonent
à regrets...


Et on reste là,
chacun pour soi,
les songes en ébullition,
les sens en avalanche,
l'espoir en averse,
le cœur meurtri .


On reste là parce qu'il n' y a plus ni raison, ni peine.

On reste là, inertes et froid dans l'immensité onirique inachevée pour conjuguer en prières et délires, l'amour, l'absence et l'immortalité.

Annick SB pour Stéphane C

______________

 

J'ai rempli les creux du temps passé sans toi avec des morceaux de papier et de l'encre séchée. Et les mots s'effacent parce qu'ils ne sont pas lus. Au loin il y a, obsédante, cette mélodie de l'inachevé, des notes de piano peut-être ou un vieil instrument qui lui ressemble. Des jours passés montent des bribes de joie et des rires, alors j'évite de sombrer dans le désespoir.

_____________

 

A toi ma moitié qui sus gagner ma confiance,

A toi qui sus m'apprivoiser, me rassurer

A toi qui avais la même foi, la même croyance,

A toi qui sus m'accepter, m'aimer en vérité...

 

Pour toi chaque jour je voulais m'améliorer

Pour toi chaque heure, j'ai ouvert mon coeur à l'amour

Pour toi, je voulais vivre en toute sérénité,

Pour te prouver qu'avec toi point de mauvais jours!

 

Avec toi, par toi, j'ai tout appris de la vie.

Avec ces soucis partagés, que tu maîtrisais,

Le bleu de ton regard savait me dire : "Souris!"

 

Qu'il est bon de se laisser porter par l'amour

De l'être aimé qui sait écouter sans juger.
Aimer, être aimée, tout est là, jour après jour.

Maïté pour Thierry

 

______________

 

Parfois l'appel du vide,

Arrêter de penser pour panser

Les plaies béantes. Tout est détruit!

Alors tout est à reconstruire. Le temps

Est un ami. Guérir.

______________

 

Le passé est un terreau fertile pour nourrir le présent et construire l'avenir.

______________

 

Le fantôme

Quand tu étais là

Je ne te voyais pas.

Des fois un peu pâle,

Ce qui n'était pas banal.

Apprenant ta maladie

Tu as répondu : "Je te l'avais dit,

Le plus dur c'est de rester en vie."

Je ne voulais pas m'acharner,

Mais j'aurais voulu te tenir à ce harnais.

Te voilà disparu.

Mais je crois t'apercevoir

Au fond de cette rue.

Je n'ai aucun pouvoir

Mais je suis sûre de te voir.
"Père?" Je suis perplexe... 

Plus aucune vision,

Tu étais pourtant ma perfection.

Je pensais t'avoir déçu,

Mais tu ne m'en as jamais voulu.

Ce soir j'irai me recueillir

Avec des fleurs que j'aurai cueillies.

Sur ta tombe.
Je me rappellerai que tu étais une bombe.

Texte de Marion à propos de son papa Olivier.

________________

 

Nous ne vieillirons pas ensemble, le lien est rompu

Sur cette Terre... Tu vis auprès de ton Sauveur,

Tu vis le bonheur d'être dans Sa présence.

Nous ne vieillirons pas ensemble

Mais nous nous retrouverons un jour, pour l'éternité.

________________

 

Je t'ai vu mourir, sous mes yeux, chambre 823.

Tu étais paisible, Jésus est venu te chercher.

Tu es partie de l'autre côté.

Notre consolation est de te savoir heureuse.

________________

 

Quand on est passé par la perte de son conjoint, Dieu se sert de nous pour offrir nos bras... Je suis allée voir une dame qui vient de perdre son mari. J'ai juste ouvert mes bras et on a pleuré ensemble. Oui on pleure avec car on sait le mal que ça fait. On sait que le chemin du deuil est douloureux et l'autre se sent porté.

________________

 

Le temps est ami, timidement on s'habitue

A l'absence. Le temps est infini quand

On va puiser ses forces auprès de Dieu.
Jésus nous a préparé une place.

 

Le temps n'a plus de prise, l'espérance

Nous submerge et le bonheur sur la terre

Des vivants est à portée de main.

Le bonheur d'être vivant pour donner.

________________

 

Il s'agit de sortir de l'hiver,

Son absence a tellement l'air

D'être irréelle.

La confusion est telle.

 

 

Comment nous joindre?

Ecrivez-nous à cette adresse :

jqs-1-27@sfr.fr

 
 

Actualités

Ce site est conçu pour que chacun s'exprime, c'est un espace de paroles et de partage....

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Faire face à la perte de son conjoint - veufs et veuves chrétiens